Les prix des vaccins anti-coronavirus : l’arnaque du siècle

0
56

Sans aucun doute, le développement des vaccins anti-coronavirus en moins d’un an est un accomplissement sans précédent. En revanche, en assurer un accès égal est un processus autant complexe que laborieux. Non seulement la production et la distribution des vaccins anti-coronavirus sont en soi un défi, mais plusieurs obstacles relatifs aux prix imposés par les entreprises pharmaceutiques sont à considérer. À l’heure où les nouveaux variants risquent d’aggraver l’iniquité vaccinale entre le Nord et le Sud, Big pharma est invité à faire preuve de prouesse et à revoir sa politique de prix.

Personne n’a le monopole sur les vaccins sauf le Big pharma

Plus les jours passent, plus le nombre de cas enregistrés et de décès augmente, plus l’argent coule à flots pour Big pharma. Telle est malheureusement la nouvelle réalité qui hante notre conscience au Nord comme au Sud.

Au 25 août 2021, le monde enregistre 213,05 millions de cas et 4,44 millions de décès, tandis qu’au moins neuf personnes sont devenues milliardaires depuis le début de la pandémie, et ce, grâce aux profits démesurés que réalisent les entreprises pharmaceutiques ayant le monopole des vaccins anti-coronavirus. À la veille du Sommet mondial sur la santé des dirigeants du G20, qui s’est tenu le 21 mai à Rome, People’s Vaccine Alliance a révélé que ces nouveaux milliardaires accumulent une richesse nette estimée à 19,30 milliards de dollars américains, une richesse astronomique qui aurait pu suffire pour vacciner les populations des pays à faible revenu. À ces neuf nouveaux milliardaires s’ajoutent aussi huit milliardaires actuels qui ont vu leur richesse cumulée augmenter de 32,20 milliards de dollars américains, soit, suffisamment pour vacciner la population de l’Inde.

Tableau 1 : Liste des neuf nouveaux milliardaires

Milliardaire Valeur nette Entreprise Fonction
Stéphane Bancel 4,3 Moderna PDG
Ugur Sahin 4,0 BioNTech PDG et co-fondateur
Timothy Springer 2,2 Moderna Investisseur fondateur et immunologiste
Noubar Afeyan 1,9 Moderna Président
Juan Lopez-Belmonte 1,8 ROVI Président
Robert Langer 1,6 Moderna Investisseur fondateur et scientifique
Zhu Tao 1,3 CanSino Biologics Co-fondateur et directeur scientifique
Qiu Dongxu 1,2 CanSino Biologics Co-fondateur et vice-président principal
Mao Huinhoa 1,0 CanSino Biologics Co-fondateur et premier vice-président

Valeur nette en milliards de dollars
Source : People’s Vaccine Alliance, 2021

Présentement, les vaccins anti-coronavirus coûtent plus cher qu’ils devraient

Alors que le débat porte davantage sur l’accès inégal aux vaccins anti-coronavirus, peu d’attention est accordée à la politique de prix des entreprises pharmaceutiques et les conséquences qui en découlent.

En pleine tempête pandémique qui déferle sur le monde entier, Moderna et Pfizer ont décidé d’augmenter les prix de leurs vaccins. Moderna commercialise désormais son vaccin à 25,50 $ la dose au lieu de 22,60 $, tandis que le prix d’une dose de vaccin de Pfizer est passé de 18 $ à 23 $ (Nasdaq, 2021). Une augmentation qui a été annoncée dans les derniers accords d’approvisionnement entre Moderna et Pfizer et l’Union Européenne.

En réalité, bien que cette augmentation soit présentée comme justifiée par les lois régissant l’offre et la demande, Moderna et Pfizer pourraient bien produire et distribuer leurs vaccins à des prix largement accessibles.

Telle est la conclusion d’une récente recherche menée par Public Citizen en collaboration avec l’Imperial College London et le Centre for Process Innovation. En un an, Moderna et Pfizer pourraient ensemble produire 16 milliards de doses de vaccins à un coût de revient estimé à 22,8 milliards de dollars pour Moderna et 9,4 milliards de dollars pour Pfizer. Dès lors, au lieu que les deux entreprises commercialisent respectivement leurs vaccins à 25,50 $ et 23 $ la dose, elles pourraient les distribuer à des prix unitaires qui varient entre 2,85 $ et 1,18 $ (Kis et Rizvi, 2021).

Pour y arriver, les organisations internationales, les gouvernements et les entreprises pharmaceutiques sont invités à collaborer ensemble, notamment, pour créer des centres de production établis un peu partout dans le monde. Pour que ces centres puissent assurer une production permettant d’atteindre l’immunité collective, il est nécessaire de produire 16 milliards de doses de vaccins et de couvrir 80 % de la population des pays intermédiaires et à faible revenu (Tableau 2).

Tableau 2 : Liste des ressources à mobiliser pour produire suffisamment de vaccins pour le monde en un an

Ressource Moderna

8 milliards de doses de 100 g

Pfizer

8 milliards de doses de 30 g

Sites de production 14 5
Lignes de production 55 17
Achat de matières premières ARNm [kg] 842,1 252,6
Lots de fabrication 10175 3145
Personnel 4620 1386
Coût en capital de la substance médicamenteuse 3,19 milliards 985 millions
Coût d’exploitation de la substance médicamenteuse 17,48 milliards 5,40 milliards
Coût d’exploitation de remplissage et de finition 2,16 milliards 3,04 milliards
Coût Total 22,83 milliards 9,43 milliards

Note 1 : 6 mois sont nécessaires pour construire, équiper, valider et démarrer les sites de production.
Note 2 : 6 mois supplémentaires sont requis pour produire la quantité de 8 milliards de dose.
Source : Kis et Rizvi, 2021

  • Internationaliser la production de vaccins anti-coronavirus vers d’autres sites est d’autant plus nécessaire, alors que le prix demeure l’un des principaux obstacles qui entravent l’accès aux vaccins. Selon People’s Vaccine Alliance (2021) :
  • Moderna, dont la recherche et développement a été largement financée par les deniers publics (5,75 milliards de dollars américains), commercialise son vaccin à un prix quatre fois jusqu’à treize fois plus cher. Son prix le plus bas a été facturé au gouvernement américain, soit un prix qui varie entre 12 $ et 16,50 $ la dose, tandis que l’entreprise déclare qu’elle facture pour certains clients jusqu’à 37 $ la dose. L’Afrique du Sud aurait refusé l’offre inabordable de Moderna dont le prix varie entre 30 $ et 42 $ la dose. Toutefois, en raison de l’urgence sanitaire, certains pays se trouvent obligés à acheter à des prix exorbitants, à l’image de la Colombie qui a déboursé le double de ce que le gouvernement américain a dû payer, soit 30 $ la dose.
  • Pfizer, ayant reçu des subventions publiques estimées à 2,5 milliards de dollars américains, commercialise son vaccin à un prix six fois jusqu’à vingt-quatre fois plus cher. Tandis que l’Union africaine est le client ayant bénéficié de son prix le plus bas, soit 6,75 $ la dose, son prix le plus élevé a été facturé à Israël, soit 28 $ la dose.

Pour éviter les erreurs du passé et ne jamais plus avoir à revivre les drames de l’histoire, il incombe à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), aux gouvernements et aux entreprises pharmaceutiques d’appuyer la dérogation provisoire aux droits de propriété intellectuelle relatifs aux vaccins anti-coronavirus. Sans cette dérogation, il serait juridiquement impossible de créer des centres de production ayant les connaissances et les ressources nécessaires à l’atteinte de l’immunité collective à l’échelle planétaire.

Auteur(e)(s)