Big Pharma a-t-il raison de freiner des quatre fers ?

0
347

Sans pour autant être d’un optimisme béat ni sombrer dans un pessimisme démesuré, il est clair que la dérogation aux droits de propriété intellectuelle engage un processus de négociation laborieux. Bien que l’administration américaine appuie la proposition nouvellement soumise par l’Afrique du Sud et l’Inde, plusieurs enjeux et défis sont à considérer, entre autres, l’opposition des géants pharmaceutiques.

Pourquoi les géants pharmaceutiques s’apposent à la dérogation ?

Manifestement, la décision du Président Biden ne fait pas l’unanimité auprès des géants pharmaceutiques qui sont d’une autre opinion.

Non seulement la dérogation aux droits de propriété intellectuelle nuirait à l’avancement des recherches scientifiques, mais les emplois que procurent les industries pharmaceutiques seraient sérieusement affectés.

Telle est la conclusion à déduire des déclarions de plusieurs groupes américains, entre autres, Alliance for Trade Enforcement, Biotechnology Innovation Organization (BIO), Intellectual Property Owners Association, National Association of Manufacturers et Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (PhRMA).

Tous s’accordent à souligner qu’une telle dérogation aurait de lourdes conséquences sur l’approvisionnement, la production et la distribution des vaccins.

Alors qu’en amont des chaînes de valeurs mondiales, la dérogation pourrait aggraver la pénurie et la rareté des matières premières et des produits intermédiaires nécessaires à la production des vaccins, en aval, elle pourrait conduire à la distribution de vaccins de mauvaise qualité, voire à la diffusion de vaccins contrefaits.

Selon Nathalie Moll, Directrice Générale du European Federation of Pharmaceutical Industries and Associations, une telle dérogation risque de détourner les matières premières de chaînes d’approvisionnement les plus productives vers des sites n’ayant pas les pré-requis pour produire des vaccins de qualité. Ainsi, il est admis que les pro-dérogations, en l’occurrence, les économies à revenu intermédiaire et à faible revenu, manquent d’industries ayant les ressources qualifiées pour assurer une production selon les normes sanitaires mondialement reconnues. Une prise de position que partage Steve Bates, Directeur Général de Bioindustry Association, selon qui, il ne s’agit pas tout simplement de déroger aux droits de propriété intellectuelle, étant donné que la lutte contre la pandémie nécessite des ressources financières, humaines, logistiques et techniques dont les pro-dérogations ne disposent pas nécessairement.

Des solutions nécessaires, mais insuffisantes 

Pour résoudre les défis relatifs à l’approvisionnement, les géants pharmaceutiques appellent à l’atténuation et à la suppression des barrières non tarifaires qui nuisent à la circulation des matières premières nécessaires à la production des vaccins. Une recommandation qui doit s’accompagner de mesures juridiques permettant de délivrer des licences obligatoires pour la production de vaccins brevetés, tel que stipulent déjà les Accords sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC).

Toutefois, il s’avère clairement que les licences obligatoires n’ont pas été élaborées à l’origine pour endiguer une pandémie aussi répandue que la Covid-19. Alors que la situation actuelle nous impose d’agir urgemment, les licences obligatoires semblent être une solution nécessaire, mais insuffisante, et ce, pour une raison assez simple : elles impliquent de longs processus de négociation bilatéraux en raison de leur étendue extrêmement limitée, appliqués cas par cas et produit par produit.

En aval, en l’occurrence, au niveau de la distribution, les géants pharmaceutiques croient que le programme Covax garantirait un accès égal aux vaccins anti-coronavirus. Bien que le programme Covax soit nécessaire pour offrir gratuitement des vaccins à des économies à faible revenu, ses réalisations demeurent jusqu’à présent peu significatives. Alors que le programme Covax envisage de distribuer deux milliards de vaccins cette année, il est loin d’être suffisant pour garantir l’immunité collective des populations du Sud. En aucun cas, il ne peut devenir à lui seul une alternative pour endiguer la pandémie, d’autant plus qu’il n’a promis de vacciner que 20 % de la population admissible.

Le malheur des uns fait-il le bonheur des autres ?

Bien que les arguments avancés par les géants pharmaceutiques méritent d’être examinés, ces derniers semblent réticents à admettre que la dérogation aux droits de propriété intellectuelle aurait des conséquences sur leurs chiffres d’affaires.  Aujourd’hui, ces entreprises ressemblent probablement à des vendeurs de parapluies qui sont bien les seuls à se réjouir d’une averse pour pouvoir en tirer profit. Les vaccins anti-coronavirus ont créé au moins neuf nouveaux milliardaires grâce à la montée en flèche des actions des compagnies dont les vaccins ont été approuvés. En tête de cette liste, on trouve le PDG de BioNTech et le PDG  de Moderna qui valent désormais environ 4 milliards de dollars, selon une analyse de People’s Vaccine Alliance, un mouvement qui regroupe Oxfam, ONUSIDA, Global Justice Now et Amnesty International. Selon People’s Vaccine Alliance, les neuf nouveaux milliardaires valent au total 19,3 milliards de dollars, une somme largement suffisante pour vacciner partiellement les populations des économies à faible revenu.

Auteur(e)(s)